Tôlerie Magazine Blog

50 ans du Cetim : le Grand Absent…

  • Juil 06 / 2016
Macron
INFO AU QUOTIDIEN

50 ans du Cetim : le Grand Absent…

Hier après-midi, c’est dans l’enceinte du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du numérique, au centre de conférences Pierre Mendès France plus précisément, que le Cetim a célébré ses 50 ans d’existence et d’innovations mécaniques.

Après une video synthétisant les moments marquants et les grandes réussites du Cetim de ces 50 dernières années, c’est par un discours devant une assemblée de plus de 350 invités composés d’industriels, de journalistes, et plus globalement de représentants de l’industrie française, qu’Emmanuel Vielliard et Philippe Choderlos de Laclos respectivement Président et Directeur Général du Cetim, ont officiellement lancé la soirée, placée sous le signe des 4 grands défis sociétaux que sont la santé, l’alimentation, la mobilité et l’énergie.
C’est par un retour sur la saga du cœur artificiel, dont le développement du prototype a démarré en 1985 en collaboration avec le Pr Carpentier, Claude Wartelle alors Chef du département Machines et Commandes du Cetim et la société Carmat, que la conférence s’est ouverte. Il faudra 7 ans pour produire le premier prototype testé sur un banc d’essai conçu spécialement à cet effet, avant d’être expérimenté sur un animal. Aujourd’hui 4 cœurs artificiels sont actuellement implantés sur des humains.
Les thèmes de la mobilité, de l’énergie, de l’alimentation et de la santé ont ensuite été abordés, s’appuyant sur des témoignages de co-développements avec le Cetim, de produits aussi différents qu’un boulon connecté, une station à hydrogène, un robot pour désherber et une prothèse articulaire.

C’est Emmanuel Macron, notre Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, qui devait assurer le discours de clôture, mais il a préféré remettre la légion d’Honneur à Régis Turrini, Secrétaire Général de SFR… Je me permets de qualifier cette attitude de honteuse à l’heure où notre industrie, déjà bien malade, aurait vraiment besoin de se sentir soutenue par nos gouvernants. Les grands discours de Monsieur Macron sur l’Industrie du Futur, c’est bien, mais prouver son engagement en donnant un peu de son temps – précieux je peux le concevoir – pour encourager l’avenir industriel de la France, ce n’est quand même pas demander la lune…

Le partage c'est la vie !