Un ensemble de besoins spécifiques

Le contrôle des pièces de tôlerie présente des particularités, même si un certain nombre de moyens de mesure provient de solutions issues de la mécanique, à l’image de l’indispensable pied à coulisse, ou sont adaptés à partir de moyens beaucoup plus sophistiqués telles les machines de mesure 3D originellement prévues pour le contrôle des pièces complexes provenant de l’usinage par enlèvement de copeaux. Une situation que l’on peut attribuer à une prise en compte tardive des aspects particuliers inhérents à la faible hauteur des chants, à leurs profils particuliers…, voire même à des environnements de travail hostiles, sans oublier un ratio entre le coût des moyens de mesure et la précision requise souvent très défavorable. Les 20 dernières années ont en revanche fortement infléchi cette tendance avec l’invention, en 1986, du bras de mesure 6 axes par Romain Granger à Montoire-sur-le-Loir. En effet, en démocratisant la mesure 3D, il a ouvert la porte à un nombre croissant d’applications, en palpage pour commencer, avant l’arrivée des capteurs sans contact qui ont encore accru le champ des possibles dans les métiers de notre domaines industriel. Dans ce contexte, l’objectif de notre dossier n’est pas tant de faire un état du marché de la mesure, mais plutôt de partir des différents besoins existants afin d’y faire correspondre une solution satisfaisante, tant techniquement qu’économiquement.

Lire la suite

Le Sommaire

Les besoins de mesure en tôlerie ......................................................................... page 56
La notion de « pièce de tôlerie » cache une incroyable diversité de problématiques. Qu’il s’agisse de leur forme qui va de la plus simple à la complexité la plus pointue, en restant dans le plan ou en irriguant les trois dimensions de l’espace, de leur poids qui peut varier de moins d’un gramme à plusieurs tonnes pour les ensembles chaudronnés, des niveaux de précision requis également très disparates d’une application à l’autre…, le champ des possibles que ce type de pièces ouvre en termes de besoins est absolument immense.

Toujours plus loin dans la mesure sans contact ..................... page 63
Au sein des solutions dédiées à la mesure et au contrôle des pièces mécaniques et de tôlerie, les technologies de prise de points ou de mesure sans contact évoluent de manière constante et rapide. Le groupe Hexagon Manufacturing Intelligence vient à nouveau d’en faire la démonstration en mettant sur le marché un nouveau capteur nommé RS4.

La métrologie sans contact au service de la production ................................. page 64
L’équipementier automobile Voestalpine Automotive Components, basé à Schwäbisch Gmünd, utilise le système Atos Triple Scan de Gom à toutes les étapes du processus de production des outils et des pièces. Un choix qui se traduit par des délais de production plus courts et des gains de productivité interessants.