Cette année, les IBD (International Business Days) le Mans ont pris un essor particulièrement notable au travers de différents aspects : multiplication des conférences, couverture médiatique accrue, participation et parrainages de plus en plus nombreux d’entreprises prestigieuses, et même des exposants venus d’Inde et de Chine. Une belle édition dans un climat toujours aussi convivial et propice aux échanges.


Mêler affaires et passion des sports mécanique reste l’ADN des IBD le Mans, et cette dixième édition, loin de démentir l’adage, marque un renforcement de ce positionnement historique. A titre d’exemple, le choix d’Autoform d’y adosser la conférence de presse de présentation de la version R7 de sa suite logicielle dédiée à la simulation d’emboutissage, s’inscrit dans ce processus. Pour autant, cet événement réservé à la presse n’était pas le seul à enrichir le programme. Ce sont en fait cinq conférences ouvertes au public qui sont venues enrichir le programme de rendez-vous pré-programmés de cette convention d’affaire d’un genre particulier.

La fabrication directe à l’honneur

C’est la société Poly-Shape, spécialiste reconnu en fabrication additive, qui a ouvert le bal en présentant la démarche de conception et d’optimisation d’un moyeu de roue pour la voiture avec laquelle Romain Dumas courra prochainement la course de côtes de Pikes-peak. « Cette année, j’ai mis de très grosses roues sur ma Norma », explique le jeune pilote qui affiche déjà 2 victoires au Mans et une à Pikes-peak, « et passer de 13" l’an dernier à 18" cette année en conservant une approche de production classique aurait abouti à un quasi doublement du poids des moyeux. C’était donc la pièce idéale sur laquelle travailler pour cette première collaboration ». C’est une approche de conception basée sur une optimisation topologique que Poly- Shape a choisi d’appliquer à cette pièce hautement stratégique de la voiture. « Nous sommes habitués à effectuer ce type de démarche sur des pièces pour le secteur spatial où les économies de masse se traduisent par des gains importants sur les coûts de lancement », explique Frédéric Impellizzeri, Directeur des sections commerciales de Poly-Shape. Dans le domaine de l’automobile, les motivations sont le plus souvent liées à la sécurité, telle la prise d’air placée au dessus de la tête du pilote baptisée « reloop » (dans le jargon des circuits), ou encore aux performances du véhicule, le prix de la pièce n’étant ici pas le premier critère. Pour autant, le choix de la fabrication additive n’est pas forcément un luxe... Lire la suite