Environ 300 machines par an, c’est ce que Boschert produit actuellement. Un niveau qui peut sembler modeste au regard d’autres constructeurs de machines de tôlerie, mais la force de cette société n’est pas dans le nombre d’équipements qu’elle vend, mais dans sa capacité à résoudre les problématiques industrielles de ses clients. « Nous ne cherchons pas à proposer les mêmes machines que celles qui existent sur le marché, car c’est une posture qui nous placerait dans une pure logique de prix pour faire face à la concurrence. Nous devons proposer quelque chose de différent pour exister, faire ce que les autres ne savent pas ou ne veulent pas faire », explique Peter Kunz, son P-dg. Dans les faits, c’est toute l’histoire de l’entreprise qui témoigne de cette stratégie, et pour bien le comprendre, il convient de faire une petite digression autour d’un produit qui n’a rien à voir avec la tôlerie, mais qui compte pour beaucoup dans la réussite de Boschert. En effet, avant d’être constructeur de machines, l’entreprise produisait et produit toujours des systèmes de changement rapide de rouleaux pour les industries les plus diverses (papier, textile, pharmacie…), pour des tailles et des masses allant de quelques dizaines de kilogrammes à plusieurs tonnes. « C’est un ensemble particulièrement sensible sur lequel nous disposons d’une licence mondiale, mais surtout d’un savoir-faire qui nous met à l’abri des copieurs, et donc de tout amateurisme, car la vitesse de rotation extrême de charges importantes interdit le moindre risque de rupture », justifie Peter Kunz. C’est donc sur ce socle d’activité pérenne que Boschert s’appuie depuis ses débuts dans la machine-outil pour valoriser ses grandes compétences mécaniciennes. Une expertise qui lui a permis de proposer, il y a plus de 50 ans, sa première encocheuse 3 points, où le guidage breveté du coulisseau permettait à la fois d’assurer une qualité de coupe remarquable et de changer rapidement de production... Lire la suite