TDS, lauréate du Plan de relance de l'État

Le 23/02/2021 à 13:57

L'année 2021 s'annonce bien pour l’entreprise TDS, basée à Genas (69), qui, grâce au Plan de relance du gouvernement, poursuit sa stratégie de modernisation. L'entreprise, spécialisée dans le traitement de surface des métaux, s'apprête à accueillir une ligne d'argentage entièrement automatisée et pilotée par un logiciel d'ordonnancement. Un dispositif rare en France qui devrait donner de belles perspectives d'avenir à cette PME familiale comptant déjà près de 100 ans d'histoire industrielle.

Ex-Polimétal créée en 1922 par Florent Vacheron, TDS est aujourd'hui dirigée par les arrières petites-filles du fondateur, Fleur Vacheron et Nathaly Dubois. En 2015, les dirigeantes de TDS avaient lancé de lourds investissements pour acquérir une ligne permettant de réaliser simultanément trois types de traitements différents. Un investissement qui s’inscrivait déjà dans le cadre d’un plan de modernisation plus vaste.

2 millions d'euros pour toucher les sommets
En partie grâce aux subventions accordées par l'État pour soutenir l’industrie malmenée par la crise sanitaire, l’entreprise est parvenue à maintenir un nouvel investissement prévu à hauteur de 2 millions d’euros. « Ce soutien financier était indispensable pour poursuivre notre ambition de modernisation car l'année 2020 a été particulièrement compliquée et menaçait notre projet », souligne Fleur Vacheron, directrice commerciale de TDS. Un investissement grâce auquel TDS disposera de l'une des lignes les plus complètes et novatrices déployées en France dans le traitement de surface des métaux. Après l'étamage, le cuivrage, le nickelage ou encore le zingage, c'est désormais l'argentage, que TDS sera à même de proposer.

Automatique et connectée
C'est une nouvelle ligne entièrement automatisée qui va être installée. Alors que beaucoup de lignes d'argentage fonctionnent manuellement, celle-ci sera conduite par le logiciel CATS qui, outre le pilotage de l'ordonnancement, garantit la traçabilité sur chaque pièce et une répétabilité du processus de traitement permettant d'atteindre une constance de la qualité du dépôt sur les pièces. Si cette nouvelle ligne connectée ne sera opérationnelle qu'à partir du mois de septembre prochain, les équipes sont déjà sur le front pour démanteler les lignes vétustes et former le personnel à ce grand virage numérique. En effet, le logiciel CATS existant sur une ligne est en cours de déploiement sur les lignes plus anciennes. Des écrans tactiles seront aussi déployés dans tous les points de gestion stratégique. Une transformation numérique marquant définitivement l'entrée de TDS dans l'Industrie du Futur.

Une ambition de croissance marquée
TDS réalise aujourd’hui plusieurs traitements de surface : anticorrosion, de conductivité électrique, de dureté, d'amélioration du coefficient de frottement et de soudabilité pour des composants métalliques que l'on retrouve sur les marchés de l'électrique, de l'automobile, du bâtiment ou encore du nucléaire, du ferroviaire et du médical. Côté client, l’entreprise affiche des références de renom telles que Bosch, Air Liquide, SNCF, Caterpillar et Enedis. Des entreprises auxquelles elle délivre près de 60 tonnes de pièces par jour grâce à ses quatre lignes de traitement en activité lui permettant de traiter de la petite à de la très grande série. Dans ce contexte, la nouvelle ligne de traitement automatisée qui répond au nouveau marché de l'argentage devra ainsi permettre à TDS de générer une croissance de 20 % sur le CA actuel moyen de 5 millions d'euros. Des ambitions qui offrent de nouvelles perspectives à cette PME qui compte aujourd'hui 35 salariés