Au-delà des besoins d’un découpeur à façon

Le 10/02/2021 à 14:10  

Adems Decoup’oxy exerce deux activités : l’oxycoupage sur le site d’Avenières, que nous avons visité entre Bourgoin-Jallieu et Chambéry, et la remise en état d’engins de chantier par mécano-soudure, basé en banlieue lyonnaise. Deux métiers différents de prime abord, mais qui se complètent au travers des savoir-faire qu’a développés Adems Decoup’oxy en usinage, et qui induisent aujourd’hui des besoins de gestion de production spécifiques que Lantek a su satisfaire.

À l’origine, le site d’Avenières était spécialisé dans le négoce d’aciers spéciaux de type HLE et anti-abrasion principalement pour le domaine des Travaux Publics (TP) et l’exploitation de carrières. « Nous avons investi au fi l du temps dans différents domaines afin de pouvoir apporter de la valeur ajoutée aux pièces que nous découpons. Ainsi sommesn o u s a u j o u r d ’ h u i équipés en pliage, fraisage et soudage pour pouvoir livrer à nos clients des pièces finies et non plus uniquement des bruts et des sous-produits sidérurgiques », raconte Julien Gomez, directeur du site. Des équipements et des savoir-faire qui permettent aujourd’hui à Adems Decoup’oxy de fournir des pièces de réparation au site de Lyon, mais qui lui ont également ouvert de nouveaux horizons commerciaux dans le domaine de l’industrie cette fois. « Aujourd’hui, nous livrons des pièces mécaniques totalement usinées et peintes avec, s’il le faut, des bagues montées à l’azote. Nous sommes également capables de réaliser des pièces pliées à partir d’une épaisseur de 3 mm ainsi que des sous-ensembles ou des ensembles chaudronnés pour des domaines variés de l’industrie », nous explique Julien Gomez.

Au carrefour des cultures
« Cette activité connaît un bon développement, car nos clients sont intéressés par le fait d’avoir un interlocuteur unique sur l’ensemble d’un projet, détaille Guillaume Vialet, en charge du service commercial. De plus, cela nous permet d’offrir un service fort dans le domaine des TP. » Une évolution qui s’accompagne de nouveaux besoins dans la gest ion de la production. « Avant l’investissement dans un système de GPAO, la gestion des encours et des commandes s’organisait de manière informelle et dépendait de façon importante de notre capacité à gérer, à partir de dossiers physiques, la production et les priorités. Avec l’accroissement du nombre d’affaires il devenait compliqué, sans suivi informatique, de planifier judicieusement le fonctionnement optimal de l’atelier. De sorte qu’en mars 2019 nous avons commencé à mettre en place la solution de Lantek sur l’ensemble des services », déclare Julien Gomez.
L’éditeur Lantek n’est pas un inconnu de l’entreprise car cela fait plus de 20 ans que le bureau des méthodes réalise la programmation des deux machines de découpe plasma/oxycoupage à l’aide du module de programmation de l’éditeur. Le déploiement de la solution revenait donc à un ajout de nouveaux modules ; le premier d’entre eux étant celui destiné à l’établissement des devis. « Avec Lantek Expert, je passe plus de temps à faire mes devis qu’avant, ironise Guillaume Vialet, car je suis obligé de partir de la définition réelle de la pièce, afin que le système me fournisse le temps réel de découpe pour mon devis. Par contre cette approche fait gagner un temps très important lorsque le devis se commue en affaire. À ce moment-là, le travail de programmation est considérablement simplifié. » C’est en fait l’absence de données de définition numériques fournies par ses clients qui est pénalisante pour la réalisation des devis. En effet, les domaines du TP et des carrières ne sont pas exemplaires en termes de plan. « La grande majorité du temps nous établissons le devis à partir d’un plan griffonné ou d’une découpe en carton, quand il ne faut pas se rendre sur place pour réaliser un relevé de cotes nous-même », se désole Julien Gomez. Un problème qui ne se rencontre pas avec les clients issus de l’industrie fournissant dans le pire des cas un plan papier aux normes de représentation en vigueur, mais de plus en plus souvent un fichier numérique (DXF, IGES, etc.) directement exploitable par le système de devis.